Carl Orff – Carmina Burana

Né à Munich en 1895, Carl Orff est un compositeur de musique classique allemand. Il apprend le piano et le violoncelle à l’âge de 5 ans, publie à 16 ans des chansons inspirées de poèmes rappelant le style de Richard Strauss ; développe dans les années 20 le concept de « musique élémentaire », une méthode pédagogique visant à révéler le talent qui sommeille en chaque enfant… Composés en 1936, les Carmina Burana ont pour origine des textes médiévaux datant du XIIIè siècle, essentiellement en latin et qui évoquent le hasard et la chair, le jeu ou la brièveté de l’existence ; 24 chants profanes entonnés par des chœurs somptueux et lisibles, alliant efficacité rythmique et sens du drame à la manière de Stravinsky… Des titres qui pourraient très bien passer à la radio, en singles atemporels à commencer par O Fortuna, auquel j’ajouterais la complainte de Swas Hie Gat Umbe puis Veni, Veni, Venias et ses échanges chœur à chœur ; In Trutina pour le solo d’une soprano ou encore l’envol aux castagnettes de Tempus est Iocundum… Dirigé par Eugene Ormandy en 1960, un disque paru chez Sony et que je vois en nuances orange et jaune lorsque je ferme les yeux, tel un miroir moins noir de La Mort d’Orion.