Can – Soundtracks

Paru un an après leur premier disque, Soundtracks voit le départ du chanteur Malcolm Mooney (à la santé mentale fragile), qui sera remplacé par le Japonais Damo Suzuki, recruté à la sortie d’un club munichois où il se produisait dans la rue… Soundtracks n’est pas à proprement parler un nouvel album mais plutôt une compilation de morceaux écrits pour des films aussi pointus que Deadlock ou Deep End, et incluant encore deux titres interprétés par Mooney. Mais la crème est bien due au nouveau venu, Suzuki quelque peu litanique sur Tango Whiskyman et Don’t Turn the Light On, Leave me Alone ; mais qui va donner la pleine mesure de son talent sur le morceau clé Mother Sky, frisant le quart d’heure et qui permet de se déployer entre une rythmique implacable et guitares déchaînées, ruptures maîtrisées où le chant reprend la main, installant une routine qui chavire… La couverture est fascinante : vaisseau spatial de loin, pellicule cinématographique de près, Soundtrack est un disque transitoire vers le véritable second opus du groupe. Et