Brian Eno – Ambient 1: Music for Airports

Un an après son opus art pop Before and After Science, Eno revient avec une série de 4 plages sans paroles intitulée Ambient 1: Music for Airports. Nous sommes en 1978 et Brian compte parmi les pionniers de cette musique flirtant avec le classique minimaliste, où le sens de la tonalité a plus d’importance que celui de la mélodie ; il ajoute toutefois le préfixe Ambient 1 à ce disque qui sera le début d’une série de 4, s’appropriant un terme qui allait de soi… Marqué par les synthés et une apparition de Robert Wyatt au piano sur 1/1, ce disque est plus douceâtre en comparaison d’Evening Star, où cette fois le sandwich de sons est garni de fines tranches de voix féminines dès 2/1, étendues et reprises avec un piano sur 1/2 tandis que 2/2 boucle la boucle avec une sorte de tuba atmosphérique préprogrammé… Un album qui se dévoile à long terme et que l’on ne saurait écouter distraitement, au titre peu flatteur et d’ailleurs erroné car je doute que l’on puisse en saisir toutes les nuances dans l’espace acoustiquement aberrant d’un terminal d’aéroport.