Boris Vian – Chansons d’auteur

Jazzman à ses débuts, Boris Vian était avant tout écrivain et parolier. Il se produit aux Trois Baudets en 1955, où Georges Brassens le remarque, interprète La Complainte du Progrès, J’suis Snob ou Le Déserteur, présents parmi 7 autres titres sur cette anthologie, dont le rare Code de la Route où Boris récite le code de la route pendant 20 minutes, en y ajoutant des vignettes chantées au piano sur des airs enfantins. On y retrouve aussi Les Joyeux Bouchers, tango décapant contre les viandards de tout poil, le décadent Je Bois et la politiquement incorrecte Java des Bombes Atomiques, sans oublier le petit bijou du Cinématographe. Ça rime et ça défrise, décalé c’est ciselé comme autant de poèmes ; avec sa voix claire et ses intonations désuètes, le maître de l’absurde savait aussi mettre le verbe en musique.