Boards of Canada – Music Has the Right to Children

Lorsqu’il voit le jour sous la bannière du label Warp, permettant douze ans après leur création aux BoC de toucher un plus vaste public, l’album Music Has the Right to Children connaît un succès critique immédiat. Trois titres feront par ailleurs l’objet d’une Peel Session : des onomatopées juvéniles d’Aquarius aux rythmes échelonnés de Happy Cycling, révélant toute la beauté de leur musique. L’album contient aussi Roygbiv, un classique instantané à la dynamique entraînante, à écouter en boucle pour assaisonner ses idées fixes… Plus abouti que Twoism, enrichi de tensions nouvelles comme si au milieu des prairies sonores surgissaient soudain des poteaux télégraphiques chargés de transmettre des mots d’enfants, des énumérations de nombres, des déclarations d’amour… Un album qui se situe dans le haut du panier, où la nostalgie côtoie la jovialité, et la rêverie l’éveil. Montrant des visages flous, vert-de-grisés au gré d’un triptyque, l’édition digipack a un étrange pouvoir d’évocation.