Blonde Redhead – In an Expression of the Inexpressible

Le quatrième album de Blonde Redhead marque le début d’une collaboration avec Guy Picciotto, producteur et membre du groupe Fugazi. À noter l’absence de guitare basse sur tout l’album, laissant le champ libre à la batterie de Simone Pace au sein d’espaces feutrés comme Luv Machine ; ou lui permettant de faire coucou à Serge Gainsbourg sur l’étonnant Missile, en imitant à deux endroits la partition du Requiem pour un Con. Ils enregistreront aussi une reprise de la chanson Slogan, sur une compilation parue la même année… Futurism vs. Passeism Part 2 est un autre morceau phare, avec ses paroles surréalistes récitées en français par Picciotto ; mais aussi et comme son nom l’indique, In an Expression of the Inexpressible tente de rendre compte de ce qui ne peut pas l’être. Le résultat met un certain nombre d’écoutes avant de flatter nos oreilles, mais lorsque l’on connaît bien leur œuvre, ce titre de 6 minutes fait partie des terres que l’on aime fouler… J’ai failli oublier la piste 2, intitulée 10 où les guitares de Kazu et d’Amedeo jouent avec nos nerfs dans un délicieux va-et-vient.