Björk – Telegram

Au pays des remixeurs, Björk est la reine. Sorti un an et demi après Post, dont il reprend plusieurs titres mais aussi de Debut, à sa sortie le son de Telegram en a dérouté plus d’un, certaines morceaux y étant revisités au point d’être méconnaissables. Il y a le traitement noise de Beaumont Hannant sur Enjoy, ou encore Army of Me par Graham Massey ; mais aussi My Spine, un inédit d’une folle fraîcheur avec les percussions d’Evelyn Glennie (mon favori même s’il ne s’agit pas d’un remix), sans oublier une version d’Hyper-ballad charmante de violons… Deux mois après avoir échappé à un attentat à la lettre piégée fomenté par Ricardo López, un fanatique ayant filmé son funeste projet avant de se suicider, Björk s’est mise en retrait derrière les pointures du hip hop et de l’IDM, nous adressant ce Telegram où tout a été chamboulé, le temps de sa prochaine métamorphose… Dix pages de photos signées Nobuyoshi Araki rendent le livret indispensable, où dominent le bleu et le flou.