Björk – Homogenic

Troisième album studio de Björk, Homogenic a été produit avec Mark Bell, cofondateur du groupe LFO et déjà présent sur l’album de remix Telegram. C’est avec ce disque que j’ai vraiment découvert Björk, alors que personne ne savait bien ce qu’était le trip hop, où chaque morceau réserve son lot de surprises à commencer par Hunter et ses battements aortiques, irrésistible rampe de lancement… Avec des arrêts intimes comme Unravel ou des envies de tout casser dans Pluto, c’est une œuvre de rupture avec la productrice des débuts Nellee Hooper, mais aussi la fin d’une liaison éphémère avec Tricky. Il en résulte dix morceaux cimentés derrière une grande cohérence sonore, qui les déborde en formant une fresque dédiée au dévoilement et au déchaînement ; c’est aussi un hommage à l’Islande grâce à l’intervention du poète national Sjón, sur les élémentaires Jóga et Bachelorette. Un disque d’une richesse que l’on n’a pas fini d’apprivoiser, proposé en digipack renfermant un mini-poster et un livret de paroles raffinés.