Béla Bartók – Les Concertos pour Piano et Orchestre n°1, 2 et 3

Béla Bartók est un compositeur hongrois né en 1881. Il signe ses premières compositions dès 11 ans, en 1905 l’ethnomusicologue Zoltán Kodály lui fait découvrir la musique folklorique hongroise, qui deviendra la base de ses recherches musicales. Exilé aux États-Unis en 1940, il refuse tout poste académique et préfère se consacrer à son travail ; il écrit ses derniers concertos en 1945 et meurt la même année d’une leucémie… Sous la baguette de Ferenc Fricsay, qui eut pour professeur Béla Bartók, le pianiste Géza Anda exécute ces concertos réputés très difficiles à jouer. Dès les premières mesures se succèdent des accords francs, escortés par les cuivres jusqu’aux grandes manœuvres de cordes égrenées ou fracassantes, dialoguant avec les percussions, le piano lui-même devenant un instrument de frappe, nos oreilles abreuvées de touffes imprévisibles. Préférence pour le Second Concerto qui démarre comme une ripaille, évolue vers le conte de fée et se termine en chasse infernale. Un bon film d’aventure, en somme.