Aphex Twin – Richard D. James

Aphex Twin, de son vrai nom Richard David James, est né en Irlande en 1971. Il enregistre dès le plus jeune âge des sons sur cassette, modifiant le piano familial à cette fin. En 1992, son album Selected Ambient Works est salué pour son caractère novateur. L’artiste s’amuse à brouiller les pistes en utilisant différents pseudonymes, en signant par exemple GAK un maxi chez Warp, ou encore AFX chez Rephlex, le label qu’il a lui-même créé. Intitulé 4, le premier titre de cet album me laisse pantois à chaque fois. Sa rythmique survoltée échappe à tout contrôle, cette suite de sons secs et plaqués à contretemps, s’arrêtant pour laisser s’envoler une frange de cordes, reprenant de plus belle, comme agacée par l’accalmie jusqu’à entendre un « Yeah ! » approbateur, avec lequel on tombe d’accord. Cornish Acid fourmille de boîtes à rythmes vintage, la mélodie de Fingerbib nous entraîne à rêver, il y a des ressorts partout et des cymbales qui claquent, des nœuds synthétiques qui savent se démêler, ça rebondit sans arrêt dans cet album où l’on visite plein de quartiers cinglés. Yeah.