Alain Bashung – Novice

Qu’est-ce qu’on fait quand un disque rappelle tellement de souvenirs qu’on a tout de suite envie de passer au suivant ? On écoute dans son coin les morceaux qui font mal, on avale une grande gorgée et on y retourne ; d’autant qu’il s’agit d’une œuvre majeure, à l’épreuve du temps et dont l’appréciation ne saurait être usurpée par la nostalgie… Septième album de Bashung, Novice sera celui de l’arrivée du parolier Jean Fauque et du départ de Boris Bergman, qui tire sa révérence en beauté, signant les trois joyaux que sont Légère éclaircie, Alcaline ou Intrépide Malgré la Fièvre, tandis que Fauque reste en retrait sur Tu m’as Jeté ou Etrange Eté. Mais l’alliage musical est si fort qu’il soude tout le monde autour du même besoin de liberté, dont le travail de Bashung n’a jamais pu se passer très longtemps. Un combat qu’il va livrer bien entouré : du guitariste Phil Manzanera des Roxy Music au clavier de Wire, mais aussi Dave Ball de Soft Cell… Rien à jeter de ce Novice pour initiés, synthétique comme une révolution.